Interview: Konstantin Komarek Interviews

23 décembre 2020 – Avec Konstantin Komarek, le HCB a engagé un 5ème étranger jusqu’à la fin de l’année. Nous nous sommes entretenus avec le joueur autrichien.

Tu as commencé cette saison en KHL. Comment as-tu vécu les derniers mois à Riga?
Ma famille et moi nous nous sommes sentis à l’aise dans la ville de Riga et avons apprécié les moments en dehors du hockey sur glace. Dans les matches, j’ai fourni une bonne performance, jusqu’au moment où l’entraîneur a décidé de se priver de 5 joueurs importés. Mais rétrospectivement, je suis heureux d’être maintenant à Bienne, où tout est plus professionnel et meilleur. 

Comment la gestion de la pandémie du coronavirus se distingue-t-elle en KHL et dans la Ligue suisse?
En Russie, il y avait des spectateurs à presque tous les matches. Mais on ne cessait de faire des tests chez les joueurs, en fait avant chaque match à domicile et à l’extérieur. 

Comme jeune joueur, tu es allé en Suède pour évoluer dans la division junior de Luleå. Pourquoi as-tu choisi la Suède?
Je voulais faire le pas de l’étranger pour augmenter mes chances de devenir professionnel. En même temps, je désirais associer cela avec une bonne formation scolaire reconnue en Autriche. C’est pourquoi les USA et la Canada n’entraient pas en ligne de compte. Finalement, j’avais à opter entre la Suède et la Suisse, mon choix s’est porté sur la Suède. 

Tu as joué ensuite aussi dans la Ligue suédoise la plus élevée, pour Malmö et Luleå. En quoi le hockey sur glace joué en Suède se distingue-t-il de celui pratiqué en Autriche et en Suisse?
En Suède, le hockey sur glace est orienté de façon plus défensive. On accorde une très grande attention à la tactique et au jeu sans le palet. En Autriche, on a un style nord-américain du fait des nombreux entraîneurs et joueurs étrangers d’Amérique du Nord. Ici en Suisse, le hockey sur glace est très rapide et très porté sur l’offensive. Cela me plaît beaucoup. 

Qu’est-ce qui a été décisif pour ta décision de signer au HC Bienne?
Je n’ai toujours entendu que du bien de la Ligue suisse et du pays! J’ai aussi regardé quelques matches qui m’ont donné envie de jouer ici. Sur le HC Bienne également, je n’ai eu que de bons échos. L’un de mes meilleurs amis, Peter Schneider, a joué ici et ne m’a rapporté que des choses constructives. Quand Bienne s’est annoncé, j’ai voulu saisir la chance, avant les autres offres qui arrivaient.

Comment as-tu vécu les premiers matches avec le HCB? Et comment juges-tu ta prestation personnelle?
Dans les trois matches disputés depuis mon arrivée, nous avons pratiquement livré de bonnes performances même si malheureusement nous n’avons pas pu boucler le sac dans deux cas.
Personnellement, je n’ai pas encore montré mon meilleur hockey. Il y a eu quelques jours stressés avec 22 heures en voiture et un déménagement avec la famille, mais je sens que je deviens toujours plus énergique et j’espère pouvoir montrer dans les deux matches avant Noël de quoi je suis capable!

Interview: Mirio Woern
Traduction: Pierre-Alain Chopard