Interview: Perttu Lindgren Interviews

22 janvier 2021 – Perttu Lindgren est arrivé au HC Bienne il y a une semaine du HCD. Nous avons parlé avec lui de ses premiers jours à Bienne.

Hello Perttu, bienvenue à Bienne!
Merci. Je suis content d’être ici.

Comment as-tu vécu mardi la rencontre face à tes anciens coéquipiers?
Hier mardi c’était vraiment un jour bizarre. J’étais un peu dépassé par mes sentiments. Jouer pendant huit ans dans le même club est une longue durée dans le monde du hockey. Mais en fin de compte cela m’a plu de jouer contre mes anciens coéquipiers.

À Davos, tu as été coaché par Arno del Curto et Christian Wohlwend, Ici à Bienne aussi nous savons que tous les deux pouvaient (peuvent) être bruyants sur le banc. Comment peut-on comparer leur style d’entraîneurs avec celui de Lars Leuenberger?
Bon, il n’y a qu’une semaine que je suis ici, mais avec Lars j’ai l’impression qu’il est attentif et qu’il écoute bien les joueurs.

Avec Toni Rajala et Petteri Lindbohm, le HCB a déjà deux joueurs finnois sous contrat. Est-ce important d’avoir dans l’équipe d’autres joueurs de la même origine? Est-ce que cela influence l’intégration dans une nouvelle équipe?
Bien entendu, c’est plus simple pour moi d’arriver dans une équipe qui compte déjà deux Finlandais, même si je connaissais déjà quelques joueurs qui avaient déjà évolué avec moi à Davos.
Mais mon intégration s’est passée absolument sans problème et dès le début tous les gars ont été très ouverts à mon égard!

Toni et Petteri sont connus l’un et l’autre pour être un peu plus extravertis que d’autres joueurs finlandais. Qu’en est-il dans ton cas? Comment décrirais-tu ta personnalité?
Si les deux sont plutôt extravertis, je suis de l’autre bord, je suis une personne calme et tranquille.

Quel est ton objectif avec le HC Bienne dans les prochaines semaines?
Mon but est de me mettre au courant de tout et je vais faire de mon mieux afin d’aider l’équipe à s’améliorer et à continuer à gagner des matches.
Il faut assurément encore un temps d’adaptation, pour notre style de jeu, le système, les nouveaux coéquipiers. C’est toujours un défi quand on change de club en cours de saison. Il faut du temps pour s’y habituer.
J’ai apprécié le temps que j’ai passé à Bienne, même si cela n’était qu’une semaine!

Interview: Mirio Woern
Traduction: Pierre-Alain Chopard